Visiter Citadella

Visiter Citadella cover

Le Moyen-Âge à côté de Padoue. Cittadella est l’un des exemples les plus fascinants d’architecture et urbanistique médiévale, située à quelques kilomètres d’importants centres historiques comme Trévise, Vicence et Padoue.

Ses remparts, que l’on peut encore parcourir en entier en marchant sur le chemin de ronde, proposent un parcours elliptique de 1 461 mètres, avec 20 tours et 16 petites tours.

Les extraordinaires remparts de Citadella sont liés au motif même de sa fondation : les Padouans, inquiets des visées expansionnistes des communes limitrophes, demandèrent en 1220 à Benvenuto da Carturo de projeter cette première ligne défensive sur le torrent Muson, sur la rive en face de la base militaire trévisane de Castelfranco.

Avec la paix et la stabilité politique amenées par le passage sous la domination vénitienne, en 1406, Citadella passa de base militaire à centre commercial et administratif, devenant le point de référence de la vaste zone rurale qui l’entoure, et se rapprochant de l’image que nous avons, aujourd’hui encore, de la ville.

Les quatre portes (Porte de Padoue, Porte de Vicence, Porte de Bassano et Porte de Trévise), aux quatre points cardinaux, sont idéalement unies par deux allées, qui divisent l’espace interne des murs en quartiers, à leur tour fractionnés en échiquier par un réseau dense de ruelles.

Les personnes se rendant à Citadella doivent absolument faire un détour par le Dôme, avec sa somptueuse pinacothèque dans la sacristie et le musée d’art sacré dans la tour du clocher, contenant une collection hétérogène d’objets liturgiques, des accessoires d’autel et des gravures.

Le Théâtre Social, en face de la Porte de Vicence, est dédié à tous les amants du néoclassicisme, et à tous ceux qui sont fascinés par le monde du théâtre. Les fresques florales de la salle ont été réalisées par Francesco Bagnara, qui est également l’auteur des décorations du théâtre de « La Fenice » de Venise.

La Tour de Malte, construite en 1251 par le célèbre Ezzelino III da Romano, et qui servait de prison, a une histoire si cruelle que ce dernier a été nommé par Dante dans sa Divine Comédie. Heureusement, ses chambres spacieuses ont été transformées en Musée Archéologique, qui rassemble les vestiges retrouvés sur le territoire depuis l’âge de Bronze jusqu’à la Renaissance.